Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mars 2007

Orogenèse de l'extase

La culture de l’ennui

L’ennui est un heureux bienfait : on ne le répètera jamais assez.

Je ne conçois pas l’ennui comme la mélancolie ou un mal du siècle, mais peut-être comme un manque d’énergie momentané disposant à des langueurs sublimes et des rêveries utiles et inutiles, uniques et semblables : ce n’est pas rien, ce n’est pas indéfini…
L’ennui se cultive. Quand je m’ennuie effectivement, je ne me dis pas que je m’ennuie, je ne l’éprouve pas. Pourtant, je sens sur mes épaules le poids de toute chose à l’entour, le moindre craquement du parquet me semble un grondement orageux dans ce silence prodigue de l’ennui, cette perpétuelle confrontation de mon intime et d’un agréable et indifférent désespoir sans objet. J’accepte de me laisser aller à la nostalgie.

Pendant cette ère d’ennui, rien n’est hostile, je passe des heures à ouvrir des livres au hasard et je peux relire dix fois un seul et même passage. Je me laisse envahir et les mots, l’image de ces pages s’imprègnent en moi très paisiblement. Et si l’ennui était tout simplement une paix intime submergeant le reste en moi (« comme une mer ») ? Une réelle liberté domine mon indétermination, fixe et calme.

Est-ce que je m’ennuie lorsque mon travail est terminé et que d’autres loisirs qui s’offrent ne captivent aucune de mes envies ? Je veux rester immobile dans ce vieux fauteuil rouge devant la bibliothèque débordante et piocher dans l’abondance. Je vagabonde sans direction précise dans un vague mouvement de plaisir. Je n’ai pas de contrainte ni de but dans cet instant inexpressif et sans contour.

J’observe mon propre ennui comme un refus de toute aliénation. Le vide n’a aucun motif à cet instant, il n’existe pas, l’agitation enfiévrée s’estompe. Je prends possession de moi dans une immobilité indolente et doucereuse.

Le long ennui souverain m’émancipe.

 

medium_philoctetes.jpg

 

11:35 Publié dans Parabases | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

J'aurais aimé écrire cet article.

Écrit par : L.Myster | 03 mars 2007

Moi aussi, c'est magnifique...
C'est pourquoi je vous dis jeunes profs : ne vous laissez pas influencer par les gourous de la pédagogie pour lesquels les élèves ne doivent jamais s'ennuyer en cours
S'ennuyer : ça fait partie de l'apprentissage et de l'éducation...

Écrit par : Rosa | 03 mars 2007

je viens de tomber sur ce blog! que de belles phrases et de grands mots savants destinés à montrer que toi tu as une culture de "l'excellence" (je te paraphrase), et non cette culture de basse médiocrité dont tu déplores l'omniprésence dans la société qui t'entoure, société que tu sembles te complaire à jauger d'un regard blasé et supérieur, limite méprisant, souvent condescendant je trouve, y compris envers tes élèves, ce que je trouve d'autant plus dommage...
tu me reprocheras sans doute de juger sans connaître, mais je trouve nombre de tes posts particulièrement élitistes, destinés sans doute à une minorité de lecteurs "clairvoyants", ce blog, par certains aspects, me rappelle certains débats stériles de soi-disant "philosophes" où il est fait étalage de son "bagage culturel" à grands coups de citations latines, de mots pompeux et ronflants et de tournures syntaxiques désuètes destinées à nous "isoler" du commun des mortels...c'est un peu dommage pour les autres, chacun de tes posts (en tout cas ceux dont le style est particulièrement ampoulé) ressemblent à quelque paragraphe d'une dissertation de candidat à l'agrégation de français...
mais passons, qui suis-je donc pour te juger ainsi? certainement pas une critique littéraire, mais plutôt une "collègue", si tu me permets cette familiarité, moi-même enseignante en collège public et ZEP (en anglais).
J'ai lu avec attention le "débat" entre Mathuzalette qui se plaint de ton mépris pour les enseignants du primaire et toi...quelques remarques me sont immédiatement venues à l'esprit:

1) plus que de mépris de ta part, je pense qu'il s'agit plutôt de méconnaissance de la réalité de l'enseignement en primaire de nos jours. Moi aussi, comme nombre de mes collègues (tous?), je déplore la pauvreté orthographique, grammaticale et syntaxique de mes élèves, leurs lacunes "abyssales" concernant les règles d'accord élémentaires ou les conjugaisons (comme nombre de gens de ma génération, je suis née à la fin des années 70, j'ai été élevée au Bescherelle, dictées et autres règles apprises sur le bout des doigts, et qui font qu'aujourd'hui encore je ne me crois pas trop mauvaise en expression écrite...), et la tentation est grande alors d'en accuser les enseignants du primaire puisqu'il est raisonnable de croire que c'est en primaire que tous ces "fondamentaux" devraient être acquis...

2) mais là, au lieu de juger sans comprendre, un peu de bon sens et surtout de saine discussion avec lesdits enseignants permet d'éclairer bien des interrogations. Alors qu'il y a encore 15 ans les "instits" n'avaient pour quasi-seules tâches que d'enseigner aux enfants les bases de la grammaire, de l'orthographe et des mathématiques, aujourd'hui, avec le même nombre d'heures, on leur demande en plus: d'enseigner une langue vivante, de "sortir" les enfants de l'école dès que possible (sorties pédagogiques), de les éveiller à la culture avec le dessin ou tout autre forme d'expression artistique, de les initier aux nouvelles technologies dont Internet etc... je ne critique pas tout ceci, je dis simplement que fatalement du temps, des heures pourtant essentielles pour la réussite de la suite de la scolarité sont ainsi prises sur l'enseignement de ces fameux "fondamentaux" dont tout le monde s'accorde à déplorer l'appauvrissement... et là la faute n'en incombe pas aux enseignants du primaire me semble-t-il, mais bien plutôt à notre "hiérarchie" qui "pond" des réformes à tire-larigot sans aucune notion de la mise en oeuvre dans la "vraie vie d'une vraie classe d'aujourd'hui avec de vrais élèves", quitte ainsi à disperser le savoir au lieu de le dispenser, au risque d'appauvrir le niveau culturel et intellectuel de nos jeunes générations...
et encore dans les missions des enseignants du primaire, j'ai oublié toute la partie "éducation-socialisation" qui fait que maintenant ils doivent en plus éduquer les gamins à la politesse, au respect et aux règles basiques de la vie en communauté, tâche qui devrait plutôt incomber aux parents, non?
Je dirais qu'au fond ce n'est pas mieux au collège où j'ai l'impression, au sortir de certaines heures de "cours", d'avoir fait davantage office de maman-nounou-psy-assistante sociale-flic que de prof... au collège aussi d'ailleurs on nous demande de plus en plus de choses, au détriment des "fondamentaux" de nos matières, ainsi la mise en place du fameux B2i imposée à tous les profs toutes disciplines confondues (sur les horaires "disciplinaires" bien sûr), et je ne parle pas de la Bivalence dont l'ombre menaçante se fait de plus en plus précise...

3) sans doute eût-il été plus judicieux Mathuzalette, plutôt que de prendre la mouche à cause des préjugés de Boulon et d'en rester à jouer l'offusquée, de lui opposer de vrais arguments concrets et clairs (comme je pense l'avoir fait, bien que n'étant pas prof de primaire moi-même, il eût été plus légitime que cela vienne de toi...) afin de lui ouvrir les yeux sur la réalité de "ton" métier...

4) ne croyez-vous pas que cette vieille querelle "profs du primaire" vs "profs du collège " vs "profs de lycée" (avec tout son corollaire du " je te suis supérieur car moi j'enseigne dans les grandes classes, donc des choses plus complexes, alors que toi tu leur apprends à compter jusqu'à 5...") est quelque peu dépassée? Ne serait-il pas plus judicieux (et souhaitable pour l'avenir de nos élèves) de se parler afin de remédier ensemble à ces problèmes dont nous sommes tous conscients mais préférons rejeter la faute sur ceux qui ont eu "nos" élèves entre les mains avant nous?
Après tout ne poursuivons-nous pas le même but: la réussite de nos élèves????

5) le relevé des fautes dans les posts des collègues c'est un petit peu puéril Mathuzalette, et cela dénote un esprit revanchard et peu ouvert à la discussion...pour un peu je dirais même qu'il y a la-dedans une attitude très "primaire" et que même si on travaille toute la journée avec des enfants, on a passé l'âge de se comporter comme eux!

Voilà c'est tout! c'est un peu long mais j'avais à dire, alors je l'ai fait! libre à toi Boulon de me censurer ou non, et à toi Mathuzalette de m'invectiver et de relever toutes mes fautes si le coeur t'en dit...Qu'on ne pense pas cependant que j'ai voulu m'ériger en donneuse de leçons, mais certaines vérités sont toujours bonnes à dire...et à entendre!

Bien le bonsoir!

Écrit par : simpleprof | 03 mars 2007

Blablabla... : mais puisque tu me tutoies d'emblée j'y vais aussi... Je n'aime pas niveler par le bas et ces mots "compliqués" pour toi ne le sont pas forcément pour une personne qui a une formation de lettres classiques...
Et oui, tu sais ?, les cultures grecque et latine fondatrices de notre civilisation... Alors oui aujourd'hui on me dit très souvent que je suis élitiste... Je m'en moque et je me sens seule et je trouve ton discours un peu long pour dire finalement pas grand chose à part ergoter sur des motifs obscurs et des raisons hasardeuses qui sont évidentes pour tout le monde sauf pour toi...

Écrit par : Boulon | 04 mars 2007

Bonjour les amies! :-)
Bon, "simple prof", j'avoue que ton discours je le trouve juste, je suis d'accord avec toi, mais c'est vrai qu'il est trop long, je crois d'ailleurs que j'avais dit à peu près la même chose que toi en 5 lignes il y a quelques jours. Mais j'apprécie que tu aies pris le temps de répondre.
Quant à 'Boulon", j'avoue que je ne la suis pas toujours dans ces discours, mias je crois qu'elle s'en fiche pas mal (et elle a bien raison!). Je viens tous les jours sur son site parce que j'aime quand elle se dévoile, parce que sa sensiblité (attention Boulon, c'est une déclaration!) et sa passion, et sa fureur, me plaisent et éclairent différemment ses discours parfois limites, c'est vrai. Parce que je la crois bien plus ouverte que tu le penses "Simple prof", je peux te le dira parce qu'elle vient sur mon blog qui n'a rien à voir!
Enfin bon, ben voilà voilà...

Écrit par : L.Myster | 04 mars 2007

Merci !

Écrit par : Boulon | 04 mars 2007

Ouh! la la que je suis contente finalement d'avoir quitté les salles de profs
Moi aussi je trouve Boulon un peu élitiste mais elle a le temps d'apprendre...
En revanche les jeunes profs qui écrivent bien et qui aiment écrire cela devient rare et précieux donc j'adore son blogue

Écrit par : Rosa | 04 mars 2007

tout à fait d'accord avec ça, je ressens profondément et souvent cet état, il me fait du bien , me repose et finalement me prépare à quelque chose, les idées s'imbriquent dans mon cerveau sans que je m'en rende compte et cette paix de petites relectures le nez souvent en l'air, me redonne l'envie de voir, de créer, de dire, de faire....
ce n'est pas une non façon de vivre , c'est vivre le plein temps, comme suçoter des petits morceaux de chocolat et éprouver du bien-être....

Écrit par : azazel | 11 mars 2007

Les commentaires sont fermés.