Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 février 2007

Les invertébrés à l'école

J’ai une journée représentative de ces derniers mois, hier.

Je m’étais couchée tôt, le réveil réglé à 5h30. Je bouquine dans le lit en attendant ma copine. Nous venions juste d’avoir une grande discussion sur la qualité de notre vie de couple : ça se délite. Elle ne fait plus attention et je la soupçonne de me mentir… Je réussis à m’endormir après une éternité. Je suis réveillée par ma copine qui vient au lit vers minuit. Je réussis à m’endormir. Je suis réveillée à 3h30 par la petite fille qui vient dans le lit. Impossible de retrouver le sommeil. Donc, je me lève. Je suis épuisée.

La journée de cours fut pénible : les élèves sont agités, énervés et les vacances n’arrivent que vendredi prochain. J’ai même donné deux heures de colle : ça doit être la deuxième fois que je le fais en deux ans. J’ai fait un cours de rappel à mes deux quatrièmes sur les natures et les fonctions et j’ai eu raison : combien confondent encore ces deux notions ? Plus évaluation sur les subordonnées que j’ai corrigée : il y a une moitié qui bosse et qui comprend, et l’autre moitié qui mélange tout et ne travaille pas, et ne travaillera pas de toute manière. J’avais même préparé une question de par cœur pour qu’ils obtiennent des points facilement, mais non rien ! Ce sont des larves et ça m’énerve ! Encore dix-huit heures de cours.


En fumant une clope sur le trottoir à la récré, hier, je parlais avec une prof d’histoire qui me ramène chez moi de temps en temps. Je lui parle de cette histoire du grand rabbin de Lyon qui prétend que les homosexuels ont des problèmes génétiques : je lui demande ce qu’elle en pense. Sa réponse fut aussi courte que précise : « Je crois qu’il a raison ! »…

10:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Salut
(je me permet quelques familiarités)
Je suis tombée par hasard sur ce blog, et vous me touchez particulierement.
Je suis une "jeune fille" de terminale ES. Durant toute ma scolarité j'ai litteralement detestée le français (ce qui doit se remarquer amon orthographe incertant !),toutes ces heures de "francais" passées au primaire comme au collège ainsi qu'au lycée(!), ont ete absolument horribles. De ma vie les minutes n'ont jamais etées aussi longue !
Et pourtant, quand jai rencontrée ma proff en premiere, j'ai decouvert le plaisir des mots et la subtilité qui s'en dégage. Ma proff etat absolument passionée par son metier et souhaitait de tout coeur partager son amour pour la litterature.
Cette année fue absolument fabuleuse. (J'ai meme obtenue de bon resultats a bac,c'est dire... !)
Bref, si j'ai racontée cette breve anecdote (bien que peut interessente), ce n'est pas pour etaller ma vie (quoique que ! une peu de nombrilisme ne fait pas de mal !) mais pour vous encourager a vivre votre passion et partager votre amour pour le francais.
Si je navais pas rencontrée cette proff, je n'aurais peut etre jamais compris ce que pouvais representer la langue francaise pour certains d'entre nous.
Alors je vous souhaite de tout coeur de reprendre le dessus et de vivre intensement.
(Si ce monologue parait provenir d'un telefilm du dimanche apres-midi sur M6, je suis absolument désolée ! Cela est peut etre du a mon état d'ebriété, j'ens uis abosulment désolée...)

Écrit par : J. | 17 février 2007

Je me demande si vous l'avez dit à votre prof ? Je pense qu'elle aurait adoré...
Il y a tellement peu de reconnaissance...
Merci pour votre message !

Écrit par : Boulon | 17 février 2007

Je t'aime !

V.

Écrit par : Venus | 18 février 2007

Laprof qur le trottoir: c'est une conne.

Écrit par : mot a mot | 18 février 2007

Les commentaires sont fermés.